Bilan-Faim 2018

GATINEAU, 6 FÉVRIER 2019 – À l’occasion de la publication du Bilan-Faim 2018, Moisson Outaouais  souhaite brosser le portrait de la faim en dévoilant ses propres données concernant son territoire.

Au Québec, en plus des 100 000 personnes supplémentaires faisant appel mensuellement aux BAQ, ces données sonnent non seulement le cri d’alarme des besoins toujours grandissants de la population, mais dressent aussi un portrait inquiétant de notre société en situation de plein emploi.

En bref, la faim en Outaouais

  • L’insécurité alimentaire touche 7 % de la population en Outaouais, soit près de 29 000 personnes.
  • Chaque mois, en moyenne, Moisson Outaouais dessert 10 539 personnes, soit 2 391 personnes de plus par mois qu’en 2017.
  • Sur l’ensemble de ces demandes, 37 % sont pour des enfants, soit près de 3 900 enfants.
  • 23 % des personnes aidées ont eu recours à des services d’aide alimentaires plus d’une fois durant le mois.
  • Les personnes vivant seules représentent 46 % des demandes d’aide.
  • 60 % des ménages aidés reçoivent de l'aide sociale.
  • 8,4 % des personnes aidées ont un revenu d’emploi.
  • 8 % reçoivent une pension de vieillesse.
  • 5,4% reçoivent une indemnité par un régime d’invalidité.
  • 693 334 kg de denrées ont été redistribués par l’entremise du réseau de Moisson Outaouais, soit 166 105kg (31,5%) de plus qu’en 2016-2017.

Citations

— « On dit qu’il faut tout un village pour élever un enfant, mais ce village doit aussi cultiver la dignité et la solidarité. Si en tant que nation dite riche, nous ne pouvons nous préoccuper de ce que mangera notre voisin, c’est que nous avons perdu le sens de ce qu’est une communauté. Les Banques alimentaires du Québec ont vraiment du cœur au ventre et nous avons le devoir de contribuer au bien-être de chacun, car nul ne sait si demain ce sera nous qui aurons besoin d’aide alimentaire. »

                                    – Boucar Diouf, porte-parole des Banques alimentaires du Québec

— « Le rôle essentiel des Moissons demeure une évidence avec les données du Bilan-Faim 2018 : la demande est toujours à la hausse. Nous avons la responsabilité collective d’assurer la sécurité alimentaire sur tout le territoire de l’Outaouais. Or, actuellement, les ressources ne suffisent pas. Nos services sont vitaux et doivent être reconnus comme essentiels à l’autonomisation des personnes fragilisées. »

–Armand Kayolo, directeur général par intérim de Moisson Outaouais

 

Pour tout renseignement :

Nom : Marie-Michèle Barrette
Titre : Gestionnaire des communications et collecte de fonds
Bureau : 819 669-2000, poste 202   
Cellulaire : 819 635-6813
communications@moissonoutaouais.com